Informations sur le mélanome

Février 2016 - Il existe « naturellement » dans le tube digestif un grand nombre de micro-organismes (bactéries, champignons, virus…) avec lesquels nous vivons en bonne intelligence et qui sont même nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Les propriétés de l’ensemble de ces agents microbiens, appelé flore intestinale (ou de façon plus moderne) microbiote font l’objet de recherches partout dans le monde. Il semble en effet de plus en plus que les perturbations du microbiote soient impliquées dans de nombreux problèmes de santé et que de la qualité du microbiote dépende la qualité des défenses immunitaires. 

Janvier 2016 - La présence sur le corps de nombreux nævus, qu’ils aient un aspect banal ou atypique (asymétrie, bordure irrégulière, couleur non homogène) est reconnue comme augmentant le risque d’avoir un mélanome malin. Pour autant, la proportion des nævus « bénins » susceptibles de devenir des mélanomes malins est mal précisée : dans les études menées sur ce sujet et se basant pourtant sur l’analyse au microscope (histologie) des lésions, elle varie de 4 à 72 % ! Si l’on se fie aux patients victimes d’un mélanome malin, les réponses sont également très variables puisque le taux de ceux qui se souviennent avoir eu un nævus à l’endroit où s’est développée leur tumeur va de 18 à 85 %.

Décembre 2015 - Le nombre total de nævus (ou "grains de beauté") sur le corps est considéré comme le plus important facteur de risque de mélanome, avant même l’excès d’exposition solaire. Le risque de mélanome augmenterait de 2 à 4 % par nævus supplémentaire alors que seuls 20 à 40 % des mélanomes sont le résultat de la transformation d’un nævus préexistant.

Résumé de l’article scientifique publié le 19 avril 2015 dans "The NEW ENGLAND JOURNAL of MEDICINE: Pembrolizumab versus Ipilimumab in Advanced Melanoma"

(Pembrolizumab versus Ipilimumab dans le mélanome avancé)

Caroline Robert, M.D, PhD et all

Novembre 2015 - Le traitement du mélanome à un stade avancé, c'est-à-dire compliqué de métastases, a beaucoup progressé ces dernières années avec la mise au point de nouvelles molécules d’immunothérapie et de thérapie ciblées qui ont nettement amélioré le pronostic de ces cancers de la peau redoutables.

Octobre 2015 - De nombreuses campagnes de prévention ont été mises en œuvre pour tenter d’endiguer l’augmentation de la fréquence du mélanome observée au cours des dernières décennies. Elles ont sans doute contribué à un ralentissement de cette évolution mais beaucoup reste à faire en particulier auprès des adolescents et des adultes jeunes. Car ce sont eux, parmi tous les groupes d’âge, qui se protègent le moins contre l’exposition aux UV.

Septembre 2015 - Depuis le milieu des années 50, la fréquence du mélanome malin (MM), autrefois considéré comme rare, a augmenté dans les pays les plus développés plus vite que celle d’aucun autre cancer.

TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION