Parler du mélanome

Témoignages

Si j'avais été sensibilisée très fortement voici quelques années...

 

J'avais constaté un grain de beauté sur le bas de ma cuisse, au dessus du genou, voici plusieurs années, qui, il me semble n'existait pas auparavant. Un drôle de grain qui s'est transformé en une petite tâche assez foncée. Sans que cela m'inquiète pour autant.

Une année passe et je me décide à consulter un dermatologue qui me dit qu'il faut le surveiller. J'ai donc été rassurée avec ça....Je pense  avec le recul, que le dermatologue n'a certainement pas  été assez explicite pour m'expliquer ce que je pouvais développer, voir m'expliquer ce qu'était un mélanome....

Donc, j’étais sans inquiétude, jusqu'à ce que des circonstances professionnelles me fassent rencontrer Béatrice Champenois fin 2009 et que nous échangions sur la toute récente association Vaincre le Mélanome. Béatrice  m’a relaté ce qui était arrivé à son mari : 1er mélanome opéré en 1988, surveillance sans problème ensuite pendant 18 ans puis récidive ganglionnaire fatale en, à peine, un an et demi malgré traitements par chirurgie, différentes chimiothérapies et radiothérapie.

Là, j'ai pris conscience qu'il fallait vraiment rencontrer un dermatologue et le plus rapidement, car à ce moment là, je me sentais mal...

Et effectivement, le dermato a réalisé une biopsie.  8 Jours après, il m'appelle au tel pour me dire que c'était malin, qu'il fallait prendre contact à l'IGR de sa part et au plus vite.

J'ai été prise en charge par l'IGR très rapidement. A la première visite, il s'avère que j'ai 2 mélanomes ( l'autre est retrouvé sur l'épaule, ni moi, ni le dermato ne l'avions vu; c'était très petit mais néanmoins très noir).

On m'a bien expliqué comment ça pouvait se passer : soit  une simple opération car pas trop profonds soit une greffe sur la cuisse.

J'avoue que jusqu'au 30 mars, date de l'opération, soit plus d'un mois 1/2  après le première visite, j'étais angoissée, ne sachant pas à quelle sauce j'allais être mangée....

Bref, le 30 mars, soulagement : je ne suis pas greffée. C’était limite mais ok.

Aujourd'hui, j'avoue avoir un peu une phobie du soleil. Je ne m'expose plus du tout. Bien qu'avant, je n'aimais pas m'exposer non plus. Ou en tout cas, c'est ce que je pensais puisque je ne me mettais pas sur la plage....

Sauf que, oui, j'adorais lire sur une chaise longue en plein soleil, les jambes et les bras nus ( Jamais le corps)...

Je respecte scrupuleusement mes visites tous les 6 mois aujourd'hui. Je suis devenue soupçonneuse dés lors que j'ai l'impression qu'une tâche apparait...Mais là, mon dermato m'a dit : Dés que j'ai un doute, pas de pétard, je me rends chez lui, dard dard....

Par contre, il me reste une vraie difficulté : Je ne me vois pas dans le dos, et je ne demande pas à mon mari de m'"éplucher" car je ne lui ferai pas confiance à 100%. Il faut dire que j'ai  beaucoup de grains de beauté dans le dos et ce n'est pas évident.

Aujourd'hui, je ne me sens pas malade. Mais, je garde toujours en tête, le fait que cette maladie peut réapparaître à tout moment.

 Je suis convaincue que si j'avais été sensibilisée très fortement voici quelques années auparavant, j'aurai demandé à ce qu'on m'enlève cette tâche sur la cuisse. Il faut vraiment que le monde sache ce qu'est un mélanome et ceux qui encourent le risque de le développer par des expositions inconsidérées au soleil...

D H

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION