Actualités scientifiques Mélanome

Mélanome avant 20 ans, est-ce différent ?

Les mélanomes touchent rarement les enfants et selon des statistiques américaines « seulement » 0,4 % des patients atteints par ce cancer ont moins de 20 ans. De plus, la plupart des études récentes montrent que l’incidence du mélanome diminue chez les enfants et les jeunes adultes, ce qui est probablement lié à un comportement plus prudent…

Ce contenu est uniquement réservé aux membres de l’association.

Pour lire l'article, veuillez vous connecter à votre compte adhérent.

Se connecter

Devenir adhérent, pourquoi ?

Accéder au contenu complet des articles d'actualité scientifiques dès leur publication, participer activement au développement de l'association et rencontrer les chercheurs.

Plus nous serons nombreux, mieux nous pourrons développer nos objectifs.

 

 

Devenir adhérent

Ces articles sont susceptibles de vous intéresser

Le cemiplimab pour le traitement des carcinomes épidermoïdes cutanés ne sera plus remboursé en France

Actualités scientifiques Autres cancers de la peau


Mai 2021 – Le carcinome épidermoïde cutané (CEC) est le deuxième cancer de la peau en terme de fréquence. Lorsqu’il est diagnostiqué à un stade de début, il est de très bon pronostic, l’intervention chirurgicale conduisant à la guérison dans un très grand nombre de cas. Parfois malheureusement, le diagnostic est fait trop tard avec […]

Un plus grand risque de mélanome pour certaines professions ?

Actualités scientifiques Mélanome


Mai 2021 – La fréquence du mélanome a augmenté régulièrement dans le monde au cours des dernières décennies avec des variations importantes en fonction des pays.  L’exposition aux rayons Ultra-violets (UV) joue un rôle majeur dans la survenue du mélanome : ainsi plus de cinq coups de soleil intenses dans l’enfance double le risque d’avoir un mélanome. […]

Pas de parité pour le mélanome

Actualités scientifiques Mélanome


Hommes et femmes ne sont pas égaux face au mélanome : globalement ce cancer touche davantage les premiers que les secondes. Mais en réalité les choses ne sont pas aussi simples : la fréquence varie en fonction de l’âge, de la situation « anatomique » de la tumeur, autrement dit l’endroit du corps où elle peut se développer, et […]

Je m'abonne à la newsletter