Actualités scientifiques Autres cancers de la peau

Carcinomes épidermoïdes de la peau : lesquels sont à risque de métastases ?

Juin 2021 – Le nombre de personnes atteintes de carcinome épidermoïde cutané (CEC) augmente régulièrement dans le monde depuis quelques années. Bien qu’il évolue habituellement favorablement après traitement, ce cancer de la peau peut néanmoins se compliquer de métastases dans 1 à 4 % des cas avec alors un mauvais pronostic. Ainsi, du fait de sa grande fréquence, il est responsable de 20 % de la mortalité liée aux cancers cutanés. 

L’exposition cumulée aux UV est la principale cause des CEC. Ceux-ci sont localisés dans l’immense majorité des cas sur les zones du corps non couvertes par les vêtements, c’est-à-dire principalement la tête et le cou, chez des personnes à peau claire. Ils peuvent être précédés de kératoses actiniques, elles-mêmes provoquées par les expositions répétées au soleil, et se manifestant sous la forme d’épaississements localisés plus ou moins marqués et croûteux de la peau. Les hommes sont davantage touchés que les femmes et ont davantage de métastases. 

Il est difficile de toujours distinguer a priori les CEC qui ont un plus grand risque de métastases. Certaines caractéristiques trouvées lors de l’examen au microscope de la tumeur retirée chirurgicalement ou biopsiée, indiquent une gravité majorée de même que certaines circonstances particulières telles qu’une baisse des défenses immunitaires ou des antécédents de cancer. 

Une équipe de dermatologistes finlandais a comparé 85 patients avec un CEC compliqué de métastases à 218 autres avec un CEC mais sans métastases. Dans près de la moitié des cas, les métastases étaient survenues dans les six mois après le diagnostic et dans 80 % des cas dans les deux ans. Les facteurs de risque de métastases retrouvés dans cette étude étaient outre un développement en profondeur dans la peau, un diamètre de la tumeur de 20 à 30 mm, un âge soit de moins de 50 ans, soit de 70 à 79 ans et une localisation au niveau du front ou de la lèvre inférieure. La prise antérieure d’aspirine ou de dinitrate d’isosorbide (prescrit dans des pathologies cardiaques) semble avoir un effet protecteur vis à vis des métastases. Curieusement, avoir eu des kératoses actiniques, un carcinome basocellulaire, un autre CEC in situ (c’est-à-dire au stade où la tumeur est confinée à l’épiderme) s’emble avoir un effet protecteur. Il n’y avait eu de kératose ou de CEC in situ que dans 14 % des cas de carcinome métastatique contre 30 % en l’absence de métastase.  Dans plus de 80 % des cas les patients avec un CEC métastasé n’avaient pas eu de cancer de ce type ni de lésion précancéreuse. Tout cela signifie que le risque de métastases est bien présent pour tout CEC diagnostiqué avec ou sans antécédents identiques ou lésions précancéreuses.  Et que les patients concernés doivent être suivis étroitement après le diagnostic et le traitement du CEC. 

Dr Marie-Line Barbet

Knuutila JS et coll. : Risk Factors and Prognosis for Metastatic Cutaneous Squamous Cell Carcinoma: A Cohort Study. Acta Derm Venereol. 2020 Sep 23; 100(16):adv00266. doi: 10.2340/00015555-3628.

Ces articles sont susceptibles de vous intéresser

Cancers kératinocytaires : quels traitements pour les personnes âgées ?

Actualités scientifiques Autres cancers de la peau


Août 2021 – Les cancers kératinocytaires, c’est à dire les cancers de la peau qui ne sont pas des mélanomes, touchent dans un très grand nombre de cas des personnes de plus de 70 ans. A ces âges, la fragilité et un mauvais état de santé peuvent, d’une part, retentir sur l’évolution de ces cancers […]

Le mélanome peut aussi toucher le cuir chevelu

Actualités scientifiques Mélanome


Aout 2021 – Le mélanome malin peut se développer n’importe où sur le corps. Alors que la tête (y compris le cuir chevelu) et le cou ne représentent que 9 % de la surface corporelle, environ 20 % des mélanomes se situent à ce niveau. Les patients concernés sont en général plus âgés, de quelque […]

Pendant la pandémie de Covid 19, le dépistage du mélanome peut-il être « virtuel » ?

Actualités scientifiques Mélanome


Juillet 2021 – Le diagnostic du mélanome à un stade précoce est le garant d’une évolution favorable de ce cancer et permet d’en espérer la guérison. Dans la plupart des cas, les mélanomes sont repérés par les patients eux-mêmes ou leur entourage, ce qui les conduits habituellement à consulter rapidement leur médecin. Or pendant cette […]

Je m'abonne à la newsletter