Actualités scientifiques Autres cancers de la peau

Un cancer cutané sur un tatouage ? Rare mais possible !

Juillet 2021 – Les tatouages sont réalisés en injectant des pigments et des colorants dans le derme. L’intention est décorative en général mais les tatouages sont aussi utilisés en médecine pour, par exemple, délimiter une zone du corps destinée à recevoir de la radiothérapie ou encore dessiner une aréole sur un sein réparé chirurgicalement après un cancer. 

Les tatouages peuvent être à l’origine de divers problèmes cutanés : allergie aux piments utilisés, infections liées à la procédure, apparition de petites grosseurs appelées granulomes, exacerbations de maladies de peau (psoriasis par exemple). Enfin, des cancers cutanés peuvent se développer au niveau des tatouages, non seulement des cancers non mélanomes (cancer basocellulaire, cancer épidermoïde) mais aussi des mélanomes et autres rares tumeurs malignes de la peau. Cette éventualité est exceptionnelle mais possible.

Ainsi un article paru dans la presse médicale spécialisée signale 14 personnes (8 hommes et 6 femmes) qui ont vu apparaître un carcinome basocellulaire sur leur tatouage, le plus souvent situé sur le visage, le dos ou les bras. Pour plus de la moitié d’entre elles, le tatouage avait été fait au moins 20 ans auparavant. Seulement 4 personnes n’avaient leur tatouage que depuis moins de 7 ans. Dans la plupart des cas le tatouage était foncé, et monochrome, le noir étant la couleur prédominante. 

Chez certains patients, le CBC s’est d’abord manifesté par des démangeaisons mais le plus souvent il n’y avait pas eu de symptômes. L’aspect était variable : plaques, ulcérations, kystes, tuméfactions (nodules), parfois perlées, rouge ou brunâtres et la lésion, qui pouvait mesurer entre 6 mm et 2 cm, était présente parfois depuis plusieurs années avant de poser le diagnostic.  Tous ces cancers ont été enlevés chirurgicalement. 

La question se pose de savoir si les carcinomes basocellulaires (et autres cancers cutanés) qui se développent sur les tatouages sont des conséquences ou des coïncidences. Il est possible que les injections, les pigments et les colorants aient un rôle « carcinogène » dans la survenue de ces cancers, soit isolément soit sous l’effet des UV. Mais dans certains cas, les tatouages n’étaient pas sur des zones du corps exposées. De plus quelques patients avaient des antécédents familiaux ou personnels de cancers de la peau…Il est donc bien difficile de se prononcer. Mais il semble raisonnable de prêter attention à toute altération de la peau apparaissant sur un tatouage et d’éventuellement consulter alors son dermatologiste. 

Dr Marie-Line Barbet

Cohen PR : Tattoo-Associated Basal Cell Carcinoma: Coincident or Coincidence. Biomed Hub 2020;5: 508208. DOI: 10.1159/000508208

Ces articles sont susceptibles de vous intéresser

Cancers kératinocytaires : quels traitements pour les personnes âgées ?

Actualités scientifiques Autres cancers de la peau


Août 2021 – Les cancers kératinocytaires, c’est à dire les cancers de la peau qui ne sont pas des mélanomes, touchent dans un très grand nombre de cas des personnes de plus de 70 ans. A ces âges, la fragilité et un mauvais état de santé peuvent, d’une part, retentir sur l’évolution de ces cancers […]

Le mélanome peut aussi toucher le cuir chevelu

Actualités scientifiques Mélanome


Aout 2021 – Le mélanome malin peut se développer n’importe où sur le corps. Alors que la tête (y compris le cuir chevelu) et le cou ne représentent que 9 % de la surface corporelle, environ 20 % des mélanomes se situent à ce niveau. Les patients concernés sont en général plus âgés, de quelque […]

Pendant la pandémie de Covid 19, le dépistage du mélanome peut-il être « virtuel » ?

Actualités scientifiques Mélanome


Juillet 2021 – Le diagnostic du mélanome à un stade précoce est le garant d’une évolution favorable de ce cancer et permet d’en espérer la guérison. Dans la plupart des cas, les mélanomes sont repérés par les patients eux-mêmes ou leur entourage, ce qui les conduits habituellement à consulter rapidement leur médecin. Or pendant cette […]

Je m'abonne à la newsletter