Actualités scientifiques Mélanome

Le mélanome peut aussi toucher le cuir chevelu

Aout 2021 – Le mélanome malin peut se développer n’importe où sur le corps. Alors que la tête (y compris le cuir chevelu) et le cou ne représentent que 9 % de la surface corporelle, environ 20 % des mélanomes se situent à ce niveau. Les patients concernés sont en général plus âgés, de quelque dix années de plus que les patients ayant des mélanomes dans d’autres localisations et ce sont six fois plus souvent des hommes. Par ailleurs 5 % des mélanomes (35 % des mélanomes de la tête et du cou) touchent le cuir chevelu. 

Ces mélanomes du cuir chevelu sont graves. Tout d’abord ils sont souvent diagnostiqués avec retard à un stade où il est plus difficile d’en contrôler l’évolution. Evidemment on pense que ceci est dû au fait qu’ils sont cachés par la chevelure. Mais l’on note cependant qu’un grand nombre de patients avec un mélanome du cuir chevelu ont une calvitie. 

Malheureusement ces mélanomes du cuir chevelu, outre qu’ils peuvent être masqués par la chevelure, ne se présentent généralement pas de manière habituelle sous la forme d’une tâche pigmentée et ils sont rarement précédés d’un grain de beauté (naevus). Ils ont plus souvent l’aspect d’un « nodule », c’est-à-dire une petite boule en relief de la couleur de la peau normale, ou encore rosé ou rouge mais non marron. Or ces mélanomes nodulaires ont un plus mauvais pronostic que les mélanomes sous forme de plaques (SSM, superficial spreeding melanoma). 

A épaisseur égale (mesurée au microscope), les mélanomes du cuir chevelu évoluent moins bien que les mélanomes situés ailleurs sur la peau. Ils sont plus agressifs, plus invasifs que les mélanomes dans d’autres localisations.
Il faut ajouter que le traitement en est difficile : faire une intervention chirurgicale « large » au niveau du cuir chevelu où l’on ne peut guère tirer la peau est complexe et réclame des prouesses techniques de la part des chirurgiens.  Cela signifie aussi que respecter une marge « saine » autour de la tumeur pour réduire le risque de récidive est une gageure supplémentaire. 

En conclusion, le mélanome du cuir chevelu est donc particulièrement redoutable et le cuir chevelu est une zone peu « pratique » à examiner. Il ne faut pas omettre de signaler au médecin toute grosseur ou lésion apparue à ce niveau et lui demander aussi si il n’y voit rien de suspect…

Dr Marie-Line Barbet 

Porto AC et coll. : Primary cutaneous melanoma of the scalp:
Patterns of clinical, histological and epidemiological characteristics in Brazil. PLOS ONE, 2020 ;  23 octobre. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0240864 

Actualité scientifique avec le soutien institutionnel de Novartis

Ces articles sont susceptibles de vous intéresser

Davantage de mélanomes diagnostiqués avec un programme de dépistage…CQFD

Actualités scientifiques Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome


Novembre 2022 – Le pronostic du mélanome est inversement corrélé à l’épaisseur de la tumeur telle qu’elle est mesurée au microscope. La découverte et le traitement de cette tumeur à un stade débutant, alors qu’elle est encore « fine » sont ainsi susceptibles d’améliorer le devenir des malades. Et l’on peut supposer qu’un dépistage systématique des mélanomes […]

Attention au carcinome à cellules de Merkel

Actualités scientifiques Info patient Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome Non classé


Novembre 2022 – Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est un cancer de la peau rare, représentant moins de 1 % de toutes les tumeurs malignes cutanées. Sa fréquence est toutefois susceptible d’augmenter avec le vieillissement de la population. Le CCM touche en effet avec prédilection les personnes âgées ainsi que celles souffrant d’immunodépression […]

Des carcinomes épidermoïdes à haut risque de métastases

Actualités scientifiques Info patient Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome Non classé


Septembre 2022 – Le carcinome épidermoïde cutané (CEC) est l’un des cancers les plus fréquents. Une petite proportion, entre 2 à 5 %, des personnes concernées ont un risque élevé de métastases (dissémination à distance) et il est important qu’elles fassent l’objet d’un suivi médical rapproché, voire qu’elles bénéficient de traitements destinés à empêcher une […]

Je m'abonne à la newsletter