Actualités scientifiques Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome

Mettons les enfants à l’ombre !

Avril 2022 – L’exposition aux ultraviolets et les coups de soleil, en particulier au début de l’enfance, sont les facteurs de risque de mélanome les plus importants. Or un à deux tiers des enfants sont victimes d’au moins un coup de soleil chaque année. C’est dire s’il est important de promouvoir des mesures de protection contre l’exposition aux UV et les coups de soleil, spécialement pour les enfants.

Les parents sont évidemment appelés à jouer un rôle crucial dans cette protection. C’est eux qui la dispensent aux plus jeunes enfants, puis ils sont un modèle pour les plus grands et enfin ils servent de « garde-fou » en prodiguant des conseils et en encourageant un comportement adapté.
Malheureusement des études ont montré que seulement 17 % des parents protègent correctement leurs enfants contre le soleil, les trois quarts, par exemple, appliquant mal les crèmes solaires. L’utilisation des écrans solaires est en effet la mesure de protection privilégiée et qui paraît la plus sûre alors que d’autres telles que la recherche de l’ombre et le port de vêtements, moins souvent observées, sont de plus en plus recommandées. Mais si les parents ne sont pas (tous) « à la hauteur » pour protéger leurs enfants des UV, c’est en partie que les campagnes de prévention sur ce thème ont manqué leur cible. Peut-on espérer améliorer ces interventions en déterminant ce qui influence, en l’occurrence, la conduite des parents ?
C’est ce qu’a tenté de faire une équipe d’universitaires néerlandais en invitant un groupe de parents représentatifs de la population générale de leur pays, ayant au moins un enfant à l’école primaire, à répondre à un questionnaire en ligne. Outre les informations sur l’âge, le revenu, le niveau d’éducation, les parents devaient décrire comment ils protégeaient leur enfant directement (application de crème solaire, recherche d’ombre, vêtements protecteurs) ou indirectement (conseils à l’enfant, fourniture des moyens de protection, vérification qu’ils sont bien employés) dans deux types de circonstances : une exposition planifiée par exemple en allant à la plage ou à la piscine, ou non planifiée lors d’une promenade à bicyclette ou d’un jeu à l’extérieur.
Par ailleurs les connaissances des parents sur les risques liés aux expositions solaires, les coups de soleil et les cancers de la peau ont été évaluées en les soumettant à un « Vrai/faux ». Il a été aussi demandé si l’enfant avait eu des coups de soleil au cours du dernier été (ce qui s’était produit dans un tiers des cas) et quelle avait été leur propre réaction. Enfin, l’appréciation des parents vis à vis de chaque mesure de protection (importante ou non, difficile ou non à suivre) dans différentes situations et en fonction de l’opinion du partenaire a été prise en compte.
Des résultats de cette enquête, il ressort que 88 % de ces parents appliquent fréquemment ou toujours des écrans solaires à leur enfant lors d’expositions planifiées et 64 % lors d’exposition non planifiée, tandis que 77 % et 68 % apportent une photoprotection indirecte dans ces deux situations respectivement. L’utilisation de crème solaire apparaît de loin comme la mesure la plus facile à suivre alors que la « mise à l’ombre » et l’habillage paraissent plus compliqués à mettre en œuvre et donc le sont beaucoup moins malgré leur efficacité. L’opinion du partenaire compte beaucoup. Les antécédents de coups de soleil, l’année précédente, invitent à mieux protéger l’enfant mais pas toujours. Certains parents continuent de considérer que le teint halé est plus flatteur et reflète un bon état de santé ce qui les conduit à une photoprotection plus aléatoire. Enfin, le niveau de connaissances en matière des risques encourus n’intervient qu’à la marge alors que la majorité des campagnes de prévention insistent sur cet aspect…
Selon cette étude, il semblerait en revanche qu’encourager les parents à mettre leur enfant à l’ombre et les couvrir de vêtements protecteurs serait d’une plus grande efficacité.

Dr Marie-Line Barbet

Thoonen K et coll. : Identification of Relevant Sociocognitive Determinants Explaining Multiple Parental Sun Protection Behavior. Health Educ Behav., 2021 ; publication avancée en ligne le 31 mai.
doi: 10.1177/10901981211010434.

Actualité scientifique avec le soutien institutionnel de Novartis

Ces articles sont susceptibles de vous intéresser

Un risque de cancer de la peau non mélanome accru pour les travailleurs en extérieur

Actualités scientifiques Autres cancers de la peau Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome


Avril 2022 – Les cancers de la peau non mélanomes (CNM) ou kératinocytaires sont les cancers les plus fréquents dans les pays occidentaux. Quatre-vingt-dix pour cent de ces tumeurs sont attribuées à une exposition excessive au soleil. Beaucoup de personnes sont exposées au soleil dans l’exercice de leur profession. Des études ont montré que ces […]

Interdiction du bronzage artificiel, cela vaut le coût !

Actualités scientifiques Autres cancers de la peau Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome


Mars 2022 – En 2009, l’organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les différents dispositifs de bronzage artificiel (lits de bronzage, cabines, lampes…) comme étant carcinogènes c’est-à-dire comme capables de favoriser des cancers, en l’occurrence cutanés. Les personnes qui ont recours à ces méthodes ont en effet un risque de mélanome augmenté de près […]

Vitamine D et cancer de la peau, au-delà du paradoxe

Actualités scientifiques Autres cancers de la peau Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome


Mars 2022 – Les cancers de la peau, mélanome, carcinome épidermoïde et basocellulaire sont en grande partie liés à l’exposition aux UV. Par ailleurs, la vitamine D n’est pas normalement présente dans l’organisme mais elle est synthétisée grâce à l’exposition de la peau aux UV et peut être également apportée par l’alimentation. Or on constate […]

Je m'abonne à la newsletter