Actualités scientifiques
L'essentiel sur le mélanome et autres cancers de la peau

Soleil et cancer de la peau : où en sont les hommes ?

Juin 2022 – Selon les prévisions des épidémiologistes, le mélanome sera en 2040, le deuxième cancer le plus fréquent dans le monde et le premier cancer pour les hommes (si l’on exclut les cancers de la peau non mélanome). En effet les taux de cancers la peau sont beaucoup plus élevés pour les hommes et de plus l’évolution dans leur cas est moins favorable. 

Les raisons de ces différences sont probablement en partie comportementales. Une enquête menée sur des clients d’Amazon a essayé de préciser l’attitude des hommes vis-à-vis de l’exposition solaire et leur perception des risques encourus. Elle a consisté à interroger 705 hommes âgés entre 20 et 70 ans (60 % entre 20 et 40 ans) et vivant aux Etats Unis, sur leur exposition quotidienne au soleil en fonction de leurs activités de loisirs et éventuellement professionnelles à l’extérieur, leur photo-type de peau, leur comportement en matière de protection contre le soleil, leur attitude vis-à-vis du bronzage. 

Les trois quarts des participants ont répondu que l’exposition au soleil provoquait toujours pour eux des coups de soleil, des cloques et qu’ils pelaient. Une minorité signalaient qu’ils n’avaient rarement ou jamais de coups de soleil. Seulement 17 % des hommes interrogés disaient qu’ils utilisaient quotidiennement des écrans solaires contre plus de 28 % qui n’en mettaient pas ou rarement. En dehors du port de lunettes de soleil, aucun ou presque n’avait recours à d’autres mesures de protection solaire telles que vêtements couvrants ou la recherche d’ombre. Beaucoup considéraient qu’être bronzés les faisaient paraître en meilleure santé avec une peau plus uniforme, qu’ils en étaient plus séduisants et ils en ressentaient davantage de bien-être. Cependant ceux qui avaient conscience des risques liés à l’exposition solaire avaient plus régulièrement recours à des mesures de protection contre le soleil. Tout n’est donc pas perdu…

Les résultats de cette enquête montrent bien que le bronzage est encore bien souvent perçu de manière positive par les hommes (et sans doute bien sûr par certaines femmes) et que les dangers de l’exposition solaire restent méconnus ou négligés par une majorité. Il est toujours difficile de changer les « mentalités ». Mais les médecins généralistes, les dermatologistes et même les pédiatres ont un grand rôle à jouer pour amener les hommes à prendre conscience et à se prémunir du danger qui les menace.  

Dr Marie-Line Barbet 

Adams GJ et coll. : Attitudes and behaviors that impact skin cancer risk among men. Int J Environ Res Public Health. 2021; 18(19):9989.
 doi: 10.3390/ijerph18199989.

Ces articles sont susceptibles de vous intéresser

Davantage de mélanomes diagnostiqués avec un programme de dépistage…CQFD

Actualités scientifiques Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome


Novembre 2022 – Le pronostic du mélanome est inversement corrélé à l’épaisseur de la tumeur telle qu’elle est mesurée au microscope. La découverte et le traitement de cette tumeur à un stade débutant, alors qu’elle est encore « fine » sont ainsi susceptibles d’améliorer le devenir des malades. Et l’on peut supposer qu’un dépistage systématique des mélanomes […]

Attention au carcinome à cellules de Merkel

Actualités scientifiques Info patient Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome Non classé


Novembre 2022 – Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est un cancer de la peau rare, représentant moins de 1 % de toutes les tumeurs malignes cutanées. Sa fréquence est toutefois susceptible d’augmenter avec le vieillissement de la population. Le CCM touche en effet avec prédilection les personnes âgées ainsi que celles souffrant d’immunodépression […]

Des carcinomes épidermoïdes à haut risque de métastases

Actualités scientifiques Info patient Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome Non classé


Septembre 2022 – Le carcinome épidermoïde cutané (CEC) est l’un des cancers les plus fréquents. Une petite proportion, entre 2 à 5 %, des personnes concernées ont un risque élevé de métastases (dissémination à distance) et il est important qu’elles fassent l’objet d’un suivi médical rapproché, voire qu’elles bénéficient de traitements destinés à empêcher une […]

Je m'abonne à la newsletter