Informations sur le mélanome

Septembre 2019 - La fréquence du mélanome malin et d’autres cancers de la peau a augmenté au cours des dernières décennies en même temps que les appétences pour le soleil s'accroissaient. Etre bronzé étant désormais considéré comme seyant, séduisant et synonyme de bonne santé, il est devenu de « bon ton », si l’on peut dire, de s’exposer au soleil, de porter des vêtements de moins en moins couvrants et de fréquenter les cabines à UV.  Or, il est clair que les rayons ultra- violets participent à la survenue des cancers de la peau. Plus encore, il a été constaté que les coups de soleil au cours des 10 à 15 premières années de la vie jouent un rôle très important dans l’apparition ultérieure de cancers cutanés, notamment les mélanomes, la peau des enfants étant particulièrement sensible aux UV. 


Août 2019 - Alors que la guérison d’un mélanome débutant (stade 1) peut être obtenue dans la très grande majorité des cas grâce à une intervention chirurgicale, le pronostic est beaucoup plus sombre pour les mélanomes évolués compliqués de métastases (stade III et IV). Il y a seulement quelques années on ne disposait gère de thérapeutiques efficaces pour enrayer l’évolution. A cet égard l’avènement de nouveaux traitements au cours de la dernière décennie a représenté une véritable révolution.


Juillet 2019 - Les transplantations d’organes, sont devenues, avec les progrès de la chirurgie et des traitements anti-rejet, des interventions de plus en plus fréquentes qui sont le plus souvent couronnées de succès d’autant que l’on sait désormais prévenir efficacement le rejet des greffes. Cependant ce traitement post greffe repose sur l’administration de médicaments « immunosuppresseurs » qui ont pour objectif de réduire les réactions immunitaires du patient receveur contre l’organe qu’on lui a transplanté et empêcher son rejet. Malheureusement, si l’on peut dire, cette baisse de l’immunité n’entraîne pas seulement une tolérance face au greffon : elle ouvre aussi plus largement la porte au développement des infections et probablement de certains cancers.  


Juin 2019 -  On sait que presque tous les mélanomes sont provoqués par une exposition aux ultraviolets et qu’il est donc possible de réduire le risque de ce cancer en limitant celle-ci. Les autorités de santé de la plupart des pays recommandent le port de vêtements protecteurs, l’utilisation d’écrans solaires suffisamment puissants, la recherche de l’ombre, de proscrire les UV artificiels, d’éviter l’exposition et les activités extérieures entre 10 h et 16 heures. Ces conseils doivent être prodigués par les médecins mais aussi par les parents qui sont probablement les mieux placés pour encourager leur (s) enfant (s) à adopter ce comportement vis-à-vis du soleil. Mais qu’en est-il en réalité ? Dans quelle mesure le comportement des parents influence-t-il, en la matière, celui des enfants ? La question revêt un intérêt particulier dans les familles dont l’un des membres a eu un mélanome, les apparentés au premier degré ayant eux-mêmes un risque accru de mélanome.


Mai 2019 - Le mélanome malin se place au 4e rang par ordre de fréquence parmi les cancers en Irlande et chaque année dans ce pays, on en diagnostique plus de 900 nouveaux cas et plus de 180 personnes en meurent. Désormais, ce cancer affecte souvent des jeunes adultes : plus de 40 de ceux qui reçoivent ce diagnostic tous les ans ont moins de 30 ans. Ainsi le mélanome est le deuxième cancer le plus fréquent entre 15 et 29 ans. La prévention face à ce cancer consiste bien sûr à éviter le soleil autant que faire se peut et à s’en protéger, en particulier si l’on a une peau claire, des cheveux et des yeux clairs et des taches de rousseur.


Mars 2019 - Les récentes avancées dans le traitement des mélanomes malins évolués ont amené les autorités de santé et les sociétés savantes à redéfinir la prise en charge de ces tumeurs. Ainsi la prestigieuse American Academy of Dermatology vient-elle d’édicter de nouvelles recommandations destinées à remplacer celles de 2011. En voici les grandes lignes.


Avril 2019 - Le mélanome est devenu un cancer relativement fréquent dans les populations blanches à travers le monde. Or les personnes atteintes par ce cancer ont un risque accru d’avoir un nouveau mélanome. Puisque l’exposition au soleil est le facteur de risque évitable le plus puissant de mélanome, l’adoption de mesures de protection efficaces est alors d’une particulière importance à côté d’un suivi régulier de la peau. Plusieurs études et enquêtes ont montré que les personnes qui ont eu un mélanome, particulièrement les femmes, ont augmenté leur utilisation d’écrans solaires et de vêtements protecteurs juste après le diagnostic et se sont fait régulièrement examiner. Mais cette attitude « responsable » ne semble pas toujours perdurer.


TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION