Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau

Août 2020 - Les cancers de la peau non mélanome sont les cancers les plus fréquents et parmi eux, le carcinome basocellulaire occupe la première place loin devant le carcinome épidermoïde et d’autres formes (carcinomes à cellules de Merkel par exemple) encore plus rares. Par ailleurs, le nombre de ces cancers ne cesse d’augmenter dans le monde du fait du vieillissement de la population car ils touchent préférentiellement les personnes âgées.


Août 2020 - Des progrès très significatifs ont été réalisés au cours de ces dernières années dans la prise en charge des mélanomes malins à un stade avancé, c'est-à-dire compliqués de métastases. Ainsi les nouveaux traitements d’immunothérapie appelés inhibiteurs de checkpoint immunitaire (ipilimumab, nivolumab et pembrolizumab) permettent-ils d’espérer une survie prolongée (jusqu’à 5 ans et au-delà). Mais quelle est alors la qualité de vie des malades ?


Juillet 2020 - Un article publié dans une revue médicale britannique  de renom, le British Medical Journal, propose aux médecins généralistes quelques pistes pour reconnaître un cancer de la peau « non mélanome ». Des pistes que tout un chacun pourrait suivre avant de consulter…


Juillet 2020 - Plusieurs facteurs de risque de mélanome ont été identifiés tels un nombre élevé de naevus, une exposition aux UV importante et en particulier des coups de soleil pendant l’enfance, des antécédents familiaux de mélanome, un âge de plus de 60 ans, et la présence de naevus « atypiques » d’aspect semblable à un mélanome (forme et couleur irrégulières) mais non évolutifs. En revanche, l’influence de la grossesse reste difficile à préciser.


Juin 2020 - Le psoriasis est une maladie inflammatoire de la peau qui touche environ deux à trois pour cent de la population. Il se traduit le plus souvent par des plaques plus ou moins étendues, épaisses bien limitées, rouges et qui desquament (c’est-à-dire qu’elles « pèlent » en formant des sortes d’écailles blanches). Ces plaques peuvent se localiser dans différents endroits : préférentiellement l’arrière des coudes, le devant des genoux, le bas du dos, le cuir chevelu. La cause de cette maladie qui se caractérise par une croissance excessive des cellules de l’épiderme (les kératinocytes) est inconnue mais on estime qu’un dérèglement du système immunitaire pourrait intervenir dans son apparition. Il existe aussi une prédisposition génétique.


Juin 2020 - Les parents informés des dangers de l’exposition au soleil pour leurs enfants sont toujours plein de bonne volonté. Mais ils se heurtent aussi toujours à une dure réalité : comment appliquer plusieurs fois par jour de la crème solaire sur la peau de leurs chérubins qui n’ont de cesse que de s’échapper pour aller jouer, détestent ladite crème « qui colle et/ou qui pique » et se trémoussent tant et si bien qu’il y a tout à craindre pour la qualité de la protection avec des zones bien enduites et d’autres qui le sont peu ou pas.


Mai 2020 - La fréquence des cancers de la peau, autres que le mélanome, est en constante augmentation dans le monde, l’une des raisons essentielles étant qu’ils touchent surtout les personnes âgées. Ainsi, l’allongement de l’espérance de vie explique-t-elle en partie cette progression.

Mai 2020 - Les autorités de santé de la plupart des pays recommandent que le dépistage du mélanome ne soit pas systématique pour toute la population mais ciblé sur les personnes les plus à risque. Encore faut-il que celles-ci soient identifiées ou s’identifient comme telles. Malheureusement les campagnes de prévention insistent toujours beaucoup sur la conduite à adopter vis-à-vis de l’exposition solaire et beaucoup moins sur les autres facteurs de risque.


TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION