Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau

Novembre 2020 - Les cancers « kératinocytaires » de la peau c’est-à-dire le carcinome basocellulaire et le carcinome épidermoïde se compliquent très peu souvent de métastases et aboutissent encore plus rarement au décès.  Mais ils conduisent dans la majorité des cas à une intervention chirurgicale avec les conséquences que cela suppose : nécessité des soins infirmiers parfois longs, douleurs, cicatrices visibles… Or du fait du vieillissement de la population, ces cancers sont de plus en plus fréquents. C’est ce qui a incité les autorités de santé à promouvoir la prévention de ces cancers.


Novembre 2020 - L’organisation mondiale de la santé espère avoir réduit de 25 % en 2025, la fréquence des principales maladies (diabète, maladies cardiaques, cancers…) qui concourent à un décès précoce. Pour cela elle cherche à identifier les facteurs de risque qui favorisent l’apparition de ces affections ou en accélèrent l’évolution. Or il est constaté que beaucoup de ces facteurs de risque sont liés à la précarité (mauvaise alimentation, consommation d’alcool, tabagisme, activité physique insuffisante…)


Octobre 2020 - Les cancers cutanés « non mélanome » (CCNM) encore appelés cancers kératinocytaires regroupent essentiellement les carcinomes basocellulaires et les carcinomes épidermoïdes. Ils sont liés à l’accumulation des ultraviolets reçus au cours de la vie et c’est pourquoi ils touchent le plus souvent des personnes âgées, majoritairement après 70 ans.


Octobre 2020 - L’exposition aux ultraviolets, qu’ils soient solaires ou artificiels est le principal facteur environnemental favorisant la survenue du mélanome ainsi que de certains cancers cutanés dits kératinocytaires. La prévention de ces cancers repose sur des recommandations pour protéger la peau contre les UV par le port de vêtements, l’application d’écran solaire, la régulation des activités extérieures en fonction de l’ensoleillement et la moindre utilisation du bronzage artificiel. Les campagnes de prévention réclament cependant un investissement financier important et n’atteignent pas toujours leurs cibles dans certaines populations, adolescents insouciants et adeptes du teint hâlé par exemple.


Septembre 2020 - Les cancers de la peau non mélanomes (CNM) sont très rares chez l’enfant. Lorsqu’ils surviennent à cet âge c’est souvent parce qu’il existe des facteurs de risque : une maladie génétique ou la prise de médicaments favorisant l’apparition de ces cancers, tels que des traitements immunosuppresseurs, une chimiothérapie, une radiothérapie.


Septembre 2020 - Depuis très longtemps (1820) on sait qu’avoir un teint, des cheveux et des yeux clairs augmente le risque de mélanome.  Ces caractéristiques sont le plus souvent héréditaires ce qui a fait supposer que certains traits génétiques étaient des facteurs de risque de mélanome.


Août 2020 - Les cancers de la peau non mélanome sont les cancers les plus fréquents et parmi eux, le carcinome basocellulaire occupe la première place loin devant le carcinome épidermoïde et d’autres formes (carcinomes à cellules de Merkel par exemple) encore plus rares. Par ailleurs, le nombre de ces cancers ne cesse d’augmenter dans le monde du fait du vieillissement de la population car ils touchent préférentiellement les personnes âgées.


Août 2020 - Des progrès très significatifs ont été réalisés au cours de ces dernières années dans la prise en charge des mélanomes malins à un stade avancé, c'est-à-dire compliqués de métastases. Ainsi les nouveaux traitements d’immunothérapie appelés inhibiteurs de checkpoint immunitaire (ipilimumab, nivolumab et pembrolizumab) permettent-ils d’espérer une survie prolongée (jusqu’à 5 ans et au-delà). Mais quelle est alors la qualité de vie des malades ?


TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION