Témoignage de la maman de Léo

Tout est parti d’un grain de beauté…

Je trouve enfin le courage de vous écrire. Mon fils de 21 ans, Léo, est parti rejoindre les étoiles le 13 juin 2019 après 6 mois de combat contre une méningite carcinomateuse. 

Tout est parti d’un grain de beauté…

Léo s’était habitué à vivre avec, seulement il y a 4 ans environ, ce grain de beauté a commencé à dégénérer. Léo avait bien remarqué qu’il se transformait mais il faisait des études et n’avait pas le temps de s’en occuper. Nous, parents, ne l’avions pas remarqué car il était placé à un endroit non visible de nous. 

En juillet 2017, après avoir fini ses 2 années de prépa et donc ses concours, Léo est allé voir le dermatologue. Le fameux grain de beauté s’était transformé en mélanome de grade 4 (stade le plus élevé). Le médecin lui a bien sûr enlevé en urgence et un suivi a été mis en place. 

 Le combat contre cette maladie commençait.

En septembre 2017, Léo commençait ses études d’ingénieur à l’ENSEMM à Besançon. 

En avril 2018, on apprenait que le mélanome avait migré au niveau des poumons : le combat continuait.  

En juin 2018, Léo subissait l’ablation d’un tiers du poumon droit. 

En novembre 2018, le mélanome avait migré jusqu’au cerveau : le combat s’intensifiait ! 

Le 22 décembre 2018, Léo déclarait une méningite carcinomateuse : des cellules du mélanome avait atteint le liquide céphalorachidien et donc les méninges : le match était terminé ! Cette maladie ne se guérissant pas, Léo était condamné et n’avait que quelques semaines voire quelques mois d’espérance de vie. 

Après l’annonce de ce terrible verdict, nous avons fait corps avec Léo et sommes restés jour et nuit à l’hôpital à Lyon avec lui, puis en hospitalisation à domicile à Annecy, profitant de chaque petit moment de répit octroyé par cette maladie qui faisait tant souffrir notre fils. Léo s’est battu comme un chef, il était ceinture noire de judo, c’était un combattant ! Il a jusqu’au bout mobilisé toute l’énergie qu’il pouvait et le mental pour combattre le cancer.

Malheureusement, ce combat était perdu d’avance et il s’est éteint le 13 juin au matin…

 Si je vous écris aujourd’hui, c’est dans l’espoir de sensibiliser les jeunes à cette maladie et de sensibiliser l’opinion en général car je trouve que les médias ne parlent pas assez des mélanomes et de la surveillance des grains de beauté. 

 Voilà, j’espère que la recherche permettra un jour de sauver les malades atteints de cancer et de mélanomes en particulier et j’espère que des campagnes de prévention pour le dépistage des mélanomes seront diffusées régulièrement dans les médias afin de sauver des vies…

Sandrine

Ces articles sont susceptibles de vous intéresser

Davantage de mélanomes diagnostiqués avec un programme de dépistage…CQFD

Actualités scientifiques Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome


Novembre 2022 – Le pronostic du mélanome est inversement corrélé à l’épaisseur de la tumeur telle qu’elle est mesurée au microscope. La découverte et le traitement de cette tumeur à un stade débutant, alors qu’elle est encore « fine » sont ainsi susceptibles d’améliorer le devenir des malades. Et l’on peut supposer qu’un dépistage systématique des mélanomes […]

Attention au carcinome à cellules de Merkel

Actualités scientifiques Info patient Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome Non classé


Novembre 2022 – Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est un cancer de la peau rare, représentant moins de 1 % de toutes les tumeurs malignes cutanées. Sa fréquence est toutefois susceptible d’augmenter avec le vieillissement de la population. Le CCM touche en effet avec prédilection les personnes âgées ainsi que celles souffrant d’immunodépression […]

Des carcinomes épidermoïdes à haut risque de métastases

Actualités scientifiques Info patient Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau Mélanome Non classé


Septembre 2022 – Le carcinome épidermoïde cutané (CEC) est l’un des cancers les plus fréquents. Une petite proportion, entre 2 à 5 %, des personnes concernées ont un risque élevé de métastases (dissémination à distance) et il est important qu’elles fassent l’objet d’un suivi médical rapproché, voire qu’elles bénéficient de traitements destinés à empêcher une […]

Je m'abonne à la newsletter